samedi 16 juillet 2016

Tentative de coup d'État en Turquie: le point sur une nuit de chaos

Alors que des putschistes de l'armée ont tenté vendredi soir de prendre le pouvoir avec des avions de chasse et des chars, semant la confusion dans le pays, le président Recep Tayyip Erdogan semblait samedi matin reprendre la main. Le Figaro fait le point sur la confusion qui règne à Ankara et Istanbul.
• Vendredi, 22 heures (heure française): des putschistes tentent de renverser le gouvernement
Le premier ministre turc dénonce une «tentative illégale» de renverser le gouvernement par un groupe au sein de l'armée, qui se joue depuis le début soirée. Selon les premières informations, les militaires putschistes investissent les ponts, les chaînes de télévision et bloquent les aéroports de la capitale Ankara et à Istanbul. Via un communiqué, lu par un présentateur de la chaîne publique, ils annoncent que le gouvernement a été renversé et que la loi martiale ainsi qu'un couvre-feu ont été instaurés. Le texte précise que le putsch a été mené «afin d'assurer et de restaurer l'ordre constitutionnel, la démocratie, les droits de l'homme et les libertés, et laisser la loi suprême du pays prévaloir».
Suivez notre live sur la tentative de coup d'État en Turquie
• Vendredi, 23h30: Erdogan dénonce le soulèvement d'une minorité de l'armée
Dans une allocution diffusée via l'application de visioconférence FaceTime, le président Erdogan s'adresse à la nation et dénonce le «soulèvement d'une minorité au sein de l'armée». «Je ne pense absolument pas que ces putschistes réussiront», estime l'homme fort de Turquie. Il appelle les Turcs à descendre dans les rues pour résister à la tentative de coup d'État.
À son arrivée à l'aéroport d'Istanbul peu avant 3 heures, après avoir interrompu ses vacances, il est accueilli par une foule nombreuse. Il dénonce une «trahison» et blâme les adeptes de son ennemi Fethullah Gülen. Ce dernier condamnera pourtant dans la nuit «dans les termes les plus forts» cette tentative de coup d'État.
En Turquie, une longue histoire de coups d'État militaires
• Samedi, 00h30: des chars déployés autour du Parlement à Ankara
Des chars de l'armée sont déployés autour du Parlement turc, après des bombardements le visant. Plusieurs violentes explosions sont entendues dans la capitale turque, accompagnées de coups de feu dans le centre-ville. Des avions de chasse survolent incessammment à basse altitude la métropole, selon des journalistes de l'AFP.
Vers 1 heure, alors que la confusion règne plus que jamais, le premier ministre turc annonce que la situation est largement sous contrôle. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir, le gouvernement est toujours aux affaires, assure Binali Yildirim, invitant à son tour la population à descendre dans les rues après la tentative de putsch qu'il a imputée à des «traîtres».
• Samedi, 3 heures: les premiers putschistes déposent les armes à Istanbul
Une trentaine de militaires putschistes déposent les armes après avoir été cernés par la police, place Taksim, au centre d'Istanbul, selon un journaliste de Reuters sur place. Ils sont emmenés dans des fourgons tandis qu'un avion de chasse survole la ville à basse altitude. Trois heures plus tard, une unité de l'armée turque composée de près de 60 soldats rebelles qui avait investi dans la nuit l'un des ponts suspendus enjambant le Bosphore à Istanbul, se rend à son tour aux forces de sécurité.
• Samedi, 6h15: l'heure des premiers bilans
Au moins 60 personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées, indique un responsable turc. Il ajoute que les forces de sécurité turques ont arrêté 336 personnes, pour la plupart des militaires, en lien avec cette tentative. L'agence de presse progouvernementale Anadolu annonce de son côté l'arrestation de 754 militaires. Cinq généraux et 29 colonels ont par ailleurs été démis de leurs fonctions sur ordre du ministre de l'Intérieur Efkan Ala.
Le premier ministre turc annonce de son côté avoir nommé un nouveau chef d'état-major par intérim, pour remplacer le général Hulusi Akar prisonnier des putschistes. Sa libération sera finalement annoncée vers 7h30 heure française.
Les rebelles se montrent décidés à poursuivre leur combat, selon un courrier électronique portant l'adresse du service de presse de l'état-major des armées. Les rebelles, qui se présentent sous le nom de Mouvement pour la paix intérieure, appellent en outre les civils à rester chez eux.
• Tout au long de la nuit, l'inquiétude grandit au sein de la communauté internationale
Très vite, à la suite de l'annonce de la tentative de coup d'État, les pays du monde entier manifestent leur inquiétude face à la situation en Turquie. Le ministère des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, demande à ses ressortissants en Turquie de ne pas sortir. La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, appelle de son côté à la «retenue» et au «respect des institutions démocratiques» en Turquie. Le président américain, Barack Obama, demande à soutenir le gouvernement turc «démocratiquement élu» et à «éviter violence et bain de sang», selon un communiqué de la Maison Blanche. En Russie, le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov appelle à éviter «tout affrontement meurtrier».
http://www.lefigaro.fr/international/index.php

Coup d'Etat en Turquie : au moins 60 morts et 754 militaires en lien avec la tentative de putsch arrêtés

Vendredi soir, un groupe de l'armée a annoncé avoir pris le pouvoir en Turquie pour "le maintien de l'ordre et des droits de l'homme". D'abord "sous contrôle", la tentative de coup d'État aurait coûté la vie à au moins 60 personnes. 754 militaires ont par ailleurs été arrêtés.
La panique s'est emparée vendredi soir d'Istanbul après que l'armée a fermé les ponts qui enjambent le Bosphore et relient les rives asiatique et européenne. Les soldats ont tiré sur la foule, qui tentait de franchir le pont Fatih Sultan Mehmet à pied, et ont essayé de prendre le pouvoir pour, disent-ils, "le maintien de l'ordre et des droits de l'homme" et "pour rétablir la démocratie".
Samedi matin, ce sont 754
militaires qui ont été arrêtés en lien avec le putsch qui semblait maté. Il a coûté la vie à au moins 60 personnes, indique une agence de presse progouvernementale Anadolu. En outre, cinq généraux et 29 colonels ont été démis de leurs fonctions sur ordre du ministre de l'Intérieur Efkan Ala, a précisé l'agence. 
 

samedi 30 janvier 2016

Thomas Fabius mis en examen pour faux et usage de faux

Thomas Fabius, fils du ministre des Affaires étrangères, a été mis en examen vendredi pour faux et usage de faux, pour des faits présumés en lien avec sa passion pour les casinos, a appris ce samedi l'AFP de sources judiciaire et proche du dossier.
Il a en revanche échappé à une mise en examen pour escroquerie, blanchiment de fraude fiscale, abus de confiance, abus de biens sociaux, les magistrats financiers parisiens le plaçant sous le statut de témoin assisté pour ces chefs. Les juges ne l'ont pas soumis à un contrôle judiciaire, ont précisé les sources.
>> A lire aussi : Le parcours de Laurent Fabius
C'est sa passion du jeu qui est à l'origine des ennuis judiciaires de Thomas Fabius, 34 ans, et de la procédure, ouverte fin 2011 par une plainte de la Société générale.
La banque accusait le jeune homme d'avoir édité un faux mail alors qu'il se trouvait au Maroc. «D'après cette plainte, le courriel avait été prétendument rédigé par son conseiller bancaire et laissait croire à un casino marocain que Thomas Fabius allait être prochainement destinataire de 200.000 euros», a décrit une source proche de l'enquête.

Ennnuis avec la justice américaine

Durant leurs investigations, les enquêteurs se sont intéressés au train de vie de Thomas Fabius, et notamment aux conditions d'acquisition en 2012 d'un appartement de près de 300 m2, situé boulevard Saint-Germain en plein coeur de Paris, pour sept millions d'euros. Cette transaction avait fait l'objet d'un signalement à la cellule antiblanchiment de Bercy, Tracfin.
Mais Thomas Fabius a toujours assuré que ce bien avait été financé légalement, pour partie par des gains de jeu et pour partie par un emprunt bancaire. Outre la procédure en France, le fils de Laurent Fabius a des ennuis avec la justice américaine. Un procureur du Nevada a délivré fin octobre un mandat d'arrêt, qui n'est toutefois pas exécutoire hors du territoire américain.

Chèques en bois

Thomas Fabius est accusé d'avoir rédigé des chèques en bois d'un montant total de plus de 3,5 millions de dollars (3,2 millions d'euros) dans plusieurs casinos de Las Vegas, à la mi-2012. Selon le procureur du Nevada, il semble avoir été pris d'une frénésie d'achat de jetons et de plaques de casino, rédigeant des chèques à répétition.
Utilisant un chéquier de la banque italienne Banca Monte dei Paschi di Siena, il avait notamment libellé trois chèques à l'ordre de l'hôtel de luxe-casino The Palazzo, dont un d'un million de dollars, d'après le procureur américain. Selon une source proche du dossier, Thomas Fabius explique qu'«il ne s'agit pas de chèques, mais de reconnaissances de dettes rédigées sur papier libre et qui ont valeur de bon à payer».
Sollicité samedi, l'entourage de Thomas Fabius n'a pas souhaité réagir.
http://www.20minutes.fr/societe/1776299-20160129-thomas-fabius-entendu-juge-enquete-faux-escroquerie-blanchiment

vendredi 27 novembre 2015

Affaire Valbuena : Valbuena accuse Benzema de l'avoir "indirectement" incité à payer

Il n'avait encore jamais pris la parole publiquement pour commenter l'affaire, qui secoue sa vie et le vestiaire de l'équipe de France de football. Mathieu Valbuena, au centre d'une affaire de chantage à la sextape dont il a été victime, a accordé une interview au Monde, parue vendredi 27 novembre. Le joueur y explique le déroulé des faits et ne vole pas vraiment au secours de son coéquipier en bleu, Karim Benzema, soupçonné d'avoir joué les intermédiaires entre les maîtres-chanteurs et le joueur de l'OL. Bien au contraire.
Mathieu Valbuena accuse ainsi Karim Benzema de l'avoir "indirectement" incité à payer. "Inciter, ça veut dire : 'Il va falloir que tu payes.' Indirectement", répond-il au journaliste qui lui demande si l'avant-centre du Real Madrid ne l'a pas simplement incité à voir les maîtres-chanteurs, sans faire réellement pression sur lui.

"Je ne peux être que très très très déçu"

"Dans sa façon de parler, il n'a pas été agressif, il ne m'a pas parlé d'argent concrètement, directement, mais quand tu insistes pour me faire rencontrer quelqu'un... pffff. Moi, j'ai jamais vu quelqu'un qui va faire détruire une vidéo gratuitement juste parce qu'il m'adore ! Faut éviter de prendre les gens pour des idiots, ajoute Mathieu Valbuena. Je ne peux être que très très très déçu, et constater que la relation avec Karim, elle n'est pas aussi sincère qu'il pouvait peut-être le prétendre."
Karim Benzema a été mis en examen notamment pour "complicité de tentative de chantage", avec interdiction de rencontrer Mathieu Valbuena. Une mesure qui prive de fait l'équipe de France d'un duo clé. Le milieu de terrain, lui, se voit continuer à jouer en Bleu : "C’est sûr qu’il y a un après, mais ce qui est certain aujourd’hui, c’est que moi, je suis victime. Maintenant, jouer pour mon pays, c’est toujours quelque chose d’extraordinaire pour moi, c’est ma bouffée d’oxygène."

"Même à mon pire ennemi, je ne ferais pas ça"

Face aux insultes de Karim Benzema, relevées lors des écoutes policières, Mathieu Valbuena tranche : "A un moment, je ne peux pas défendre l’indéfendable. Même à mon pire ennemi, je ne ferais pas ça." Pourtant, il n'écarte pas l'idée d'évoluer dans le futur en bleu avec l'avant-centre du Real Madrid. "Jouer avec des gens avec qui je ne me suis pas bien entendu, à Marseille, je l’ai fait." 
Une référence implicite à Samir Nasri, qui entretenait de mauvaises relations avec Mathieu Valbuena lorsqu'ils jouaient ensemble à l'OM. D'après Le Monde, l'ex-Marseillais, aujourd'hui à Manchester City, se serait d'ailleurs proposé pour jouer, lui aussi, les intermédiaires à la place de Karim Benzema, ce que ne dément pas Mathieu Valbuena.
Le footballeur lyonnais n'épargne pas non plus la Fédération française de football, qui a officiellement soutenu Karim Benzema : "Je n’ai pas eu de soutien. Quand on ne sait pas ce qu’il y a dans le dossier, qu’on puisse défendre Karim, OK, mais qu’on parle aussi de moi ! Encore une fois, dans cette histoire, je suis victime

http://www.francetvinfo.fr/sports/foot/affaire-de-chantage-contre-valbuena/

lundi 23 novembre 2015

Belgique: 5 interpellations supplémentaires

Cinq personnes ont été interpellées ce matin à l'occasion de nouvelles opérations antiterroristes dans la région de Bruxelles et de Liège (sud-est de la Belgique), ce qui porte à 21 le nombre total d'arrestations depuis dimanche soir, a annoncé le parquet fédéral.

"Dans le cadre de l'opération menée hier (dimanche) soir, cinq perquisitions supplémentaires ont été effectuées ce matin en région bruxelloise et deux en région liégeoise. Cinq personnes ont été privées de liberté lors de ces perquisitions", a indiqué le parquet dans un communiqué
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/11/23/97001-20151123FILWWW00113-belgique-5-interpellations-supplementaires.php

vendredi 20 novembre 2015

Au moins trois morts lors d'une prise d'otages dans un hôtel au Mali

Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats de Paris, est mort dans l'assaut des forces de l'ordre, de même que deux autres personnes. Au Mali, une prise d'otages est en cours, des Français seraient concernés
Le point de la situation suite aux attaques à Paris :
- Une semaine après les attentats du 13 novembre, l'enquête se poursuit sur un rythme soutenu, alors que les forces de l'ordre multiplient les perquisitions un peu partout en France. Dans la journée, dans de nombreuses mosquées, des textes condamnant le "terrorisme" seront lus ce vendredi, jour de prêche.
- Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats de Paris, a été tué lors de l'assaut mené jeudi à Saint-Denis par le RAID et la BRI. Des images de vidéosurveillance l'ont montré prendre le métro à Paris, dans la soirée du vendredi 13 novembre, au moment même où les terroristes sèment la mort dans la salle de concert du Bataclan.
- Salah Abdelslam est toujours en fuite. Il est soupçonné d'avoir mitraillé vendredi 13 novembre des terrasses de cafés et restaurants parisiens, avec son frère Brahim qui s'est fait exploser. Il aurait été exfiltré samedi matin depuis Paris.
- Pendant ce temps, au Mali, une prise d'otages est en cours au Blu Radisson Hotel de Bamako. Des Français sont enregistrés dans l'établissement. Trois otages ont été tués. Aucune revendication n'a encore été diffusée.
http://www.sudouest.fr/2015/11/20/direct-attentats-a-paris-la-traque-continue-reunion-d-urgence-a-bruxelles-2192052-6155.php

mardi 17 novembre 2015

Zara : un vigile refuse l'entrée à une cliente voilée, la société met à pied les responsables

Zara a mis à pied un vigile et une responsable de magasin qui avaient refusé l'accès d'un point de vente samedi à une cliente portant un voile.
L'incident est intervenu samedi en région parisienne, à Plaisir dans les Yvelines, au lendemain des attentats qui ont frappé la capitale vendredi soir.
Une cliente portant un hijab, et non un voile intégral, n'a pu entrer dans le magasin Zara. "Le vigile lui a demandé d'enlever son voile, ce que la cliente a refusé et qui est tout à fait normal" au vu de la loi française, a déclaré mardi Jean-Jacques Salaün, le directeur général de Zara France -la loi interdisant la dissimulation du visage dans les lieux publics ne porte en effet que sur les voiles intégraux, de type burka ou niqab, et non pas sur hijab.  
"C'était une initiative malheureuse de la part d'un vigile employé par la société Technigarde. Ce genre d'attitude n'existe pas chez Zara et il n'y a jamais eu aucune consigne du groupe en ce sens", a expliqué Jean-Jacques Salaün. Une "enquête est en cours", chez Zara et au sein de Technigarde, a-t-il ajouté. "En attendant, le vigile et la responsable du magasin ont été sanctionnés et mis à pied".
Appels au boycott
 
Le responsable de Zara France a expliqué avoir appelé la cliente concernée pour s'excuser au nom du groupe et condamner cette action, sitôt qu'il a eu vent de l'incident. "Des excuses que cette dame a acceptées", a-t-il précisé. Mais entretemps, la vidéo de la scène, qui avait été filmée, a été diffusée sur les réseaux sociaux, créant une polémique et des appels au boycott de la marque Zara.
La société a publié rapidement sur sa page Facebook Zara Care (qui contient 123.000 fans) et non sa page officielle (avec 23 millions de fans)   un communiqué condamnant fermement l'attitude du vigile et de la responsable de magasin. "Le respect de la diversité est le pilier fondamental sur lequel se fonde le Groupe Inditex (maison-mère de Zara), avec plus de 140.000 employés dans le monde, représentant une riche multitude de cultures et de religions", affirme le groupe espagnol dans ce communiqué.
 

mardi 10 novembre 2015

Michel Galabru : trop "fatigué", il renonce à la scène

À 93 ans, Michel Galabru semblait inépuisable et pourtant, l'acteur fatigué physiquement et moralement suite aux décès de sa femme et de son frère vient d'annuler ses prochaines représentations.

Rien ne va plus pour Michel Galabru. Celui qui vit de sa "petite retraite de fonctionnaire" et pense de plus en plus au suicide se trouve désormais au repos forcé. L'acteur, qui fêtait ses 93 ans le 27 octobre dernier, est "très fatigué" selon son agent et a été contraint de "renoncer à jouer jusqu'à fin janvier à paris et en province". Fortement endeuillé par le décès de sa femme en août dernier suite à la maladie de Parkinson, il a également perdu son frère, Marc, en octobre. Son état moral et physique ne lui permet plus d'assurer le spectacle. Il y a quelques semaines, il confiait à RTL que cette situation lui était "à peine vivable".

Toutefois il ne s'agit que d'un arrêt temporaire et non d'une annulation comme le précise son agent : "Il doit se reposer pour pouvoir reprendre". Il allait notamment continuer la tournée de Jofroi, mise en scène par Jean-Claude Baudracco et adapté d'une fresque provençale de Jean Giono. Rôle-titre, il y jouait aux côtés de son fils, Jean Galabru un paysan grognon vendant à son voisin son verger tout en conservant sa maison.
Michel Galabru devait également bientôt commencer son one-man show Cancre, dans lequel il revenait sur sa carrière non sans humour, lui que rien ne prédestinait à finir acteur. Un spectacle co-écrit avec Éric Reynaud-Fourton et avec la présence exceptionnelle de Thomas Dutronc en voix-off.

dimanche 8 novembre 2015

Rappel de briques de boisson bio au soja saveur chocolat Auchan

Le produit, des briques de 1L dont la date limite de consommation est le 16 juillet 2016, ont été retirés de la vente en raison de l'absence de la mention "présence de lait" sur l'étiquetage, indique la chaîne d'hypermarchés. Elle recommande ainsi aux clients présentant une intolérance ou une allergie au lait de ne pas le consommer.
L'ensemble des produits a été retiré de la vente. La société LSDH rappelle les briques de 1L de boisson bio au soja saveur chocolat Auchan, commercialisés dans les hypermarchés. En cause : une présence de lait qui "n'est pas mentionnée sur l'étiquetage". Le lot concerné est le numéro 359610307562, dont la date limite de consommation est le 16 juillet 2016.
 
"Il est recommandé aux clients ayant fait l'acquisition de ce produit et présentant une intolérance ou une allergie au lait de ne pas le consommer", précise le communiqué d'Auchan. Les clients sont également invités "à la ramener à l'accueil du magasin Auchan où il leur sera remboursé"
Pour toute demande d'informations complémentaires, un numéro a été mis en place par la société LSDH : 0800.227.227.
http://lci.tf1.fr/economie/consommation/rappel-de-briques-de-boisson-bio-au-soja-saveur-chocolat-auchan-8680220.html
 

vendredi 6 novembre 2015

COP 21 : la France va mettre en place un contrôle aux frontières pendant un mois

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dévoilé une mesure inédite qui sera mise en place prochainement pour assurer la sécurité de la COP21 : le retour des contrôles aux frontières.

Afin de prévenir tout risque de trouble à l'ordre public mais aussi de menace terroriste, la France va mettre en place un contrôle aux frontières pendant un mois, à l'occasion de la conférence de l'ONU sur le climat, la COP 21, qui se tient du 30 novembre au 11 décembre à Paris. "Pendant un mois, nous allons établir des contrôles aux frontières, ce qui n'est pas du tout une suspension de Schengen (...) qui prévoit dans un de ses articles la possibilité pour des Etats de le faire dans des circonstances particulières qui correspondent à la COP21", a déclaré Bernard Cazeneuve au micro de RMC et BFMTV, évoquant "un contexte de menace terroriste ou de risque de trouble à l'ordre public".
Le ministre a réfuté tout lien avec la crise migratoire que traverse l'Europe ces derniers mois: "Ce n'est parce que nous allons suspendre pendant quelques semaines la libre-circulation en mettant en place des contrôles aux frontières qui sont prévus par le code frontières Schengen que nous nous engageons dans un chemin qui consisterait, face à une crise migratoire majeure, à remettre en cause les principes de Schengen". "La France va fermer ses frontières pendant quelques semaines (...) comme cela a été le cas dans d'autres pays au moment de l'organisation de la conférence climat", a-t-il souligné.
La libre-circulation à l'intérieur de l'espace Schengen menacée ?
"Ce qu'il faut rendre étanche, ou en tout cas davantage contrôler, c'est les frontières extérieures de l'Union européenne, si nous ne sommes pas capables de contrôler, nous ne serons pas capables d'accueillir durablement ceux qui relèvent du statut de réfugié en Europe et il n'y aura bientôt plus de capacité de maintenir la libre-circulation à l'intérieur" de l'espace Schengen.
L'espace Schengen, l'un des acquis les plus concrets de l'Union européenne, est une zone de libre circulation où les contrôles aux frontières ont été abolis pour les voyageurs, sauf dans des circonstances exceptionnelles. Il inclut actuellement 26 pays européens dont 22 membres de l'UE (la Bulgarie, la Roumanie, Chypre, la Croatie, l'Irlande et la Grande-Bretagne n'en font pas partie) et 4 non-membres (l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse).
Ses membres ont la possibilité de rétablir des contrôles exceptionnels et temporaires, en cas de "menace grave pour la sécurité" ou des "défaillances graves aux frontières extérieures, susceptibles de mettre en danger le fonctionnement global de l'espace Schengen", selon un document de la Commission européenne. La France a ainsi temporairement rétabli des contrôles aux frontières lors de sommets du G8 organisés sur son territoire ou encore pour le sommet de l'Otan à Strasbourg en 2009.
Des activistes déterminés à perturber le sommet
Pour le bon déroulement de la COP 21, la question de sa sécurité est naturellement essentielle. Justement, mercredi, RTL révélait une note confidentielle de la direction du renseignement territorial dans laquelle étaient expliquées les difficultés à mesurer la menace réelle qui plane sur cet évènement planétaire. Ce document évoque la possible convergence de militants d'ultra-gauche à proximité du Bourget, où se déroule le sommet, et vers le plateau de Saclay.
La présence de ces activistes, français mais aussi étrangers, inquiète les autorités qui craignent des manifestations clandestines voire des actions plus violentes. La volonté de déstabilisation de ces groupes est jugée "certaine" dans cette note, rapporte RTL. Ces problèmes de sécurité vont sans doute contraindre François Hollande à renoncer à la photo des 80 chefs d'Etat sur le perron de l'Elysée. Faire converger en même temps en plein cœur de Paris tous les principaux dirigeants du monde présente trop de risques, sans compter tous les problèmes de circulation que cela peut générer.

mercredi 4 novembre 2015

Chantage Valbuena : Benzema en garde à vue

Karim Benzema a été placé en garde à vue mercredi matin dans les locaux de la police judiciaire de Versailles dans l'affaire du chantage présumé à la "sextape" contre son équipier en équipe de France Mathieu Valbuena, a appris l'AFP de sources proches de l'enquête.
L'attaquant français du Real Madrid s'est rendu peu avant 09H00 à la PJ, ont constaté des journalistes de l'AFP, avant d'être placé en garde à vue, a confirmé le parquet de Versailles, qui s'est refusé à tout autre commentaire

http://www.laprovence.com/actu/sports-en-direct/3653433/sextape-valbuena-benzema-en-garde-a-vue.html

lundi 2 novembre 2015

Air Cocaïne: les pilotes vont être entendus par la juge d'instruction

Les pilotes français qui ont fui la République dominicaine où ils avaient été lourdement condamnés pour trafic de drogue étaient acheminés lundi matin par les gendarmes chez la juge marseillaise qui instruit l'enquête française sur l'affaire Air Cocaïne.
Les gendarmes se sont présentés aux domiciles de Pascal Fauret dans la banlieue de Lyon, et de Bruno Odos en Isère, pour escorter les deux hommes chez la juge marseillaise qui instruit l'enquête française sur l'affaire Air Cocaïne.
Une audition attendue
Les deux hommes étaient les pilotes d'un Falcon 50 intercepté en mars 2013 à l'aéroport de Punta Cana avec 680 kg de cocaïne à son bord. Ils ont été condamnés mi-août à Saint-Domingue à 20 ans de prison mais avaient été laissés libres en attendant leur procès en appel.
Des proches ont alors organisé dans le plus grand secret une opération d'exfiltration rocambolesque, par bateau puis par avion, et ils ont réussi à regagner la France fin octobre, assurant toutefois s'en remettre à la justice française pour prouver leur innocence.
Ils attendaient depuis d'être entendus par la juge marseillaise qui enquête depuis février 2013 sur un vaste trafic de drogue transatlantique.
http://www.nicematin.com/derniere-minute/air-cocaine-les-pilotes-vont-etre-entendus-par-la-juge-dinstruction.2385277.html